Présentation du village

La commune de Blassac est particulièrement étendue. Elle épouse le relief et s'intègre avec harmonie aux paysages. Les huit hameaux présentent chacun un visage différent. Sur les berges de l'Allier, le Chambon et Labout se partagent la vallée. Le Bourg et le Mas sont au pied du volcan. Plus en altitude le Feuil, Cunes, le Pradal, les Traverses et Paulhac jouent entre prairies verdoyantes et forêts.

Le village accueille 141 habitants permanents et de nombreux visiteurs.


Prenez le temps de découvrir toutes les richesses de notre commune.

Histoire

Les premières traces de peuplement remontent à 30000 ans. Dans la vallée du Creux Chaud entre le Bourg et Labout, des communautés nomades s'installaient sans doute chaque année. Ces groupes de chasseurs-cueilleurs suivaient les troupeaux dans la vallée. Leur habitat sous roche est toujours visible, mais peu accessible, au pied des falaises qui bordent le Bourg.

Le village se développe au Moyen-Age. Il est fortement dépendant du prieuré clunisien de Lavoute-Chilhac. La commune de Blassac est en partie gérée par ce site Clunisien situé à quelques kilomètres dans la vallée. Les productions sont vivrières, toutefois le chanvre et plus tard le vin seront distribués sur un territoire plus vaste.


Le paysage est encore emprunt de l'élevage viticole. Si les terres fertiles de la vallée étaient dédiées aux céréales, les coteaux étaient aménagé en terrasses. Ces constructions en pierres sèches sont toujours visibles autour des villages. Des générations entières ont transformé les lieux pour les rendre propices à la culture. Tous les chemins menant aux parcelles agricoles étaient limités par des murets.


En autarcie relative, le village est toutefois touché par la guerre de cent ans. Au XIX ° siècle, la commune épargnée par le phylloxéra renforce sa production viticole et le village compte plus de 1000 habitants. Il prend véritablement son indépendance vis à vis de Lavoute Chilhac.
Le premier conflit mondial marque une rupture, les victimes sont nombreuses et après cette guerre le village se dépeuplera. Les jeunes souhaitent un autre mode de vie ou sont en quête d'emplois. L'agriculture ne permet plus de faire prospérer la commune. Ces départs sont très marqués durant les trente glorieuses, à l'issue de la seconde guerre mondiale.

Aujourd'hui Blassac est une petite commune de Haute Loire dynamique, qui accueille des entrepreneurs, de nombreux projets en accord avec le respect de notre environnement particulièrement riche.

Patrimoine religieux

 

Les croix

Croix

Les croix présentent sur tout le territoire marquent aussi l'histoire de la commune. La croix du Mas est sur le chemin du pèlerinage de la St Roch, le 16 août. Elle symbolise, avec ses bubons en relief, la peste. Le village aurait été protégé de ce fléau par St Roch. Depuis 1492, un pèlerinage commémore cet événement.

D'autres croix viendront croiser vos chemins de randonnée.

L'Eglise de l'Assomption

  

Mais le joyau de Blassac est sans contexte l'église de l'Assomption.

La construction du bâtiment s'échelonne entre le XII° et le XV° siècle.

Il s'agit d'une église romane. Ses dimensions laissent envisager la puissance économique de la région au Moyen-Age.

L'église de Blassac dépend du prieuré de Lavoute Chilhac. Deux moines vivent sur ce site clunisien et administrent l'agriculture. L'église présente de nombreuses particularités qui lui confèrent son charme.

Son clocher carré, en forme de tour de garde est particulièrement impressionnant. Les visiteurs sont accueillis par une zone enherbée et fleurie, un parvis original.

Sans doute ancien petit marché local, le caquetoire offre un espace ombragé et de rencontre avant d'entrer dans l'église. Son nom même évoque les discussions qui devaient s'organiser avant ou après l'office.

La nef centrale et les chapelles.

L'église de Blassac, monument classé, est en cours de restauration. La première tranche des travaux est quasiment achevée. Le bâtiment a souffert de l'humidité, il s'agissait donc dans un premier temps de gérer l'hygrométrie. La couverture ainsi que les enduits extérieurs ont notamment été refaits. 

Le but demeure la préservation des fresques qui couvrent le chœur.

En entrant dans l'église, vous découvrirez une structure architecturale originale. La nef centrale est la partie la plus ancienne, à laquelle sont venues s'ajouter trois chapelles et le chœur.

L'ensemble des murs était peint, à diverses époques, mais peu de traces en subsistent hors du chœur.

Un bénitier et une cuve baptismale en pierre de taille vous accueillent.

La première chapelle offre le gîte à un meuble rare datant sans doute du XIV° siècle. Cette armoire peinte marque la passage du coffre de voyage vers un mode de vie plus sédentaire pour la noblesse. La décoration est originale avec notamment l'évocation des martyrs de Sainte Catherine et de Saint Sébastien.

La première chapelle accueille aussi l'autel de Saint Roch, devenu en 1492 le saint patron de l'église. Chaque année, le 16 août un pèlerinage de Lavoute Chilhac à Blassac rappelle que  le village a été épargné par la peste.

Deux retables, restaurés en 2019/2020 sont présents dans les deux autres chapelles.

Le chœur

Vos pas vous ont ainsi conduits vers le chœur. Les décors peints, des peintures à la détrempe, sont d'une rare beauté et richesse.

Ces fresques datent de la deuxième moitié du XIII° siècle. Elles illustrent la vie de Marie. Ainsi que le jugement dernier. Autour de vous et sur les voûtains, vous pourrez vous émerveiller devant la finesse du travail, l'harmonie des mouvements, les drapés. L'artiste était sans doute italien et ces œuvres uniques semblent indiquer l'ouverture en France de la Renaissance. L'objectif des fresques n'est plus d'imposer un idéal par la peur de l'enfer mais plutôt d'offrir une vision plus rassurante de la foi.

Ainsi la scène de l'annonce faite aux bergers, à gauche, est-elle très aérienne, les anges, déhanchés apparaissent pour la première fois. Observez la forme caractéristique des nuées.

La nativité est aussi très intéressante, Jésus est sur un autel en pierre, protégé par l'âne et le bœuf, représentés de manière naïve. Joseph est présent, ce qui est assez rare, il est la figure du guide, il tient le licol de l'âne. Marie est allongée, une dormition, elle dégage un certain apaisement.

On retrouve cette notion de paix et d'harmonie avec la représentation de la visite de Marie à sa cousine Élisabeth, mère de Jean Baptiste. Les deux femmes sont enlacées, les robes se mêlent, de la scène se dégage une réelle douceur.

Vous découvrirez aussi une représentation de l'archange Gabriel terrassant le dragon, de St Michel en armure de croisé. Saint Thomas, l'incrédule, reçoit la ceinture de Marie. Elle a rejoint Jésus en majesté pour le jugement dernier. Cette scène est d'ailleurs présente dans l'église, au dessus du grand vitrail. Le Christ rédempteur invite les défunts à revenir à la vie. Aucune menace n'émane de ces scènes, comme l'indique le bouclier de l'archange Michel, l'église de Blassac est placée sous le signe de l'amour comme source de rédemption.

Accordez aussi une attention particulière lors de votre visite aux anges musiciens...

 

En été l'église est ouverte au public. Des visites guidées, gratuites, sont proposées les mercredis et samedis de 16h à 18h.